Abonnez vous à la lettre d'informations

Tous à Blacons pour l'apron!

Le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes et ses partenaires  ont le plaisir de vous convier à une opération de réintroduction de l’apron dans la Drôme le mercredi 31 mai 2017 à 17h30 à BLACONS.

RDV sur la rive gauche de la Drôme, à l'aval du pont de la RD 164. (se garer rive droite à Blacons et rejoindre le site à pied).

Opération réalisée par le Conservatoire d’espaces naturels de Rhône-Alpes, le Muséum de la Citadelle de Besançon, l’Agence Française pour la Biodiversité (anciennement Onema) en partenariat avec l’université Aix-Marseille, la gare des Ramières et le Syndicat mixte de la rivière Drôme.

Les partenaires financiers de cette opération sont l'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée & Corse, la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement d'Auvergne - Rhône-Alpes, la Région Auvergne - Rhône-Alpes, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La stratégie de réintroduction de l'apron dans la Drôme

Cette opération s'inscrit dans le cadre de la stratégie de réintroduction adoptée en 2015 par les Conseils scientifiques régionaux du patrimoine naturel Rhône-Alpes et Provence Alpes Côte d’Azur durant la mise en oeuvre du plan national d'actions 2012-2016.

Elle fixe les lignes directives pour les opérations de réintroduction sur la Drôme sur la période 2015-2020. L’objectif ? Mettre en place une population viable d’aprons sur la rivière Drôme et obtenir un retour d'expérience complet de ces opérations.

Des opérations-pilotes de réintroduction d’aprons depuis 2008

Les opérations pilotes de réintroduction d’aprons ont démarré en 2008 dans le cadre du Life apron II afin d'en tester la faisabilité compte tenu du statut d'espèce gravement menacée d'extinction. Ces opérations étaient étroitement liées au développement de la technique de reproduction artificielle de l'apron mené par le Muséum de Besançon et des aprons disponibles pour cela (aprons de souche Beaume). Ces opérations ont eu lieu chaque année sur la Drôme avec un nombre plus ou moins important d'alevins au fur et à mesure des avancées en matière de reproduction artificielle de l'espèce. Aujourd'hui, la technique est très bien maîtrisée par le Muséum de Besançon.

Bientôt une population viable dans la rivière Drôme ?

Les suivis réalisés par l'Onema ont mis en évidence la survie pendant plusieurs années des individus réintroduits, puis en 2015 la génétique a permis d'apporter la preuve irréfutable de leur reproduction, et a également confirmé la nécessité de renouveler les géniteurs chaque année pour éviter l'appauvrissement génétique.

2015-2020 : Des réintroductions et des suivis à poursuivre

Pour les années 2015 à 2020, il est convenu de poursuivre les opérations en optimisant les chances de réussite. Pour cela, il est prévu de prélever chaque année de 2015 à 2017, 30 géniteurs sur la Durance, en amont de Sisteron, et de les mener au Muséum de Besançon pour s’y reproduire en captivité. Le renouvellement annuel évite tout problème de consanguinité et la souche génétique Durance, la plus diversifiée, offre le meilleur potentiel d'adaptation et donc de réussite. Ils seront ensuite relâchés dans la Drôme au printemps suivant (2016, 2017 et 2018) avec les milliers de juvéniles produits sous la supervision de l'Agence Française pour la Biodiversité.

Afin de s’assurer de la réussite des opérations, des suivis sont prévus annuellement jusqu’en 2020 avec notamment des comptages nocturnes (réalisés par l’Agence Française pour la Biodiversité), des suivis génétiques (Université d’Aix-Marseille) ainsi que des suivis de la ressource alimentaire (Irstea Aix-en-Provence). Dans l’attente d’un retour d’expérience complet de ces opérations, des lâchers d’aprons sur d’autres cours d’eau restent inenvisageables, la priorité étant bien entendu d'assurer la viabilité et l'expansion des populations d'aprons connues.

La stratégie de réintroduction est téléchargeable depuis la rubrique « Ressources documentaires »